Journée d’étude “L’urbanisation comme instrument de guerre”

 

L’urbanisation comme instrument de guerre

La construction des villages stratégiques au sein de politiques de contre-insurrection

EHESS. Salles 640 et 641. 190 av. de France, 75013 Paris

9h30 – 10h Accueil des participants

Journée d’étude organisée par Pamela Colombo (Marie Sk-Curie, EHESS-IRIS), dans le cadre du projet européen « Violent settlements :strategic villages and clandestine burial sites in Latin America)

Programme

 

Mot d’introduction par Pamela Colombo (Marie Sk-Curie, EHESS, Iris)

Panel 1

  • 10h-11h Oliver Belcher (Durham University, Dpt of Geography)
: “Anatomy of a Village Razing: Counterinsurgency and Community Violence in Afghanistan”
  • 11h-12h Elie Tenenbaum (Sciences Po, Centre d’Histoire) : “From counterinsurgency to rural development: the Strategic Hamlet Program in South Vietnam”

Discutant : Gabriel Périès (Télécom École de Management, ETOS)

12h-13h30 Pause déjeuner

Panel 2

  • 13h30-14h30 Fabien Sacriste (Université de Toulouse, FRAMESPA)

 : “Des regroupements ‘définitifs’ ? Le Commissariat à la Reconstruction et à l’Habitat Rural pendant la guerre d’indépendance algérienne (1954/1962)”
  • 14h30-15h30 Samaneh Moafi (Goldsmiths College, Forensic Architecture)
 : “The earth scorched: Environmental violence in the Ixil territory (Guatemala)”

Discutante : Elisabeth Anstett (CNRS, Iris)

15h30-16h Pause déjeuner

Panel 3

  • 16h-17h  Pamela Colombo (Marie Sk-Curie, EHESS, Iris) 
: “Vivre les espaces de vie forcée : une étude sur la vie quotidienne au sein des villages stratégiques en Argentine”
  • 17h-18h Finn Stepputat (Danish Institute for International Studies) :
 “Revisiting the concept of strategic villages in the Guatemalan civil war”

Discutante : Valérie Robin-Azevedo (Université Paris Descartes, CANTHEL)

Argumentaire

Depuis le début de la guerre froide, les politiques de contre-insurrection ont eu comme objectif non seulement de détruire les mouvements de guérilla, mais aussi de «gagner les cœurs et les esprits» de la population. Le programme de villages stratégiques a été conçu par l’armée pour déplacer vers les nouveaux villages des paysans, avec l’intention de rompre le lien entre la population et les mouvements guérilleros. Dans les politiques de contre-insurrection, le pouvoir de «tuer des villes» existe simultanément avec le pouvoir de créer des lieux urbains ex nihilo.

Dans les années 1950 et 1960, des villages stratégiques ont été construis –entre autres- avec l’intervention de la Grande-Bretagne en Malaisie (« New Villages »), le gouvernement français en Algérie (« Centres de regroupement »), et les États-Unis au Vietnam (« Strategic Hamlet Program »). Des villages stratégiques sont également construits dans les années 1970 et 1980 en Amérique latine (Argentine, Pérou, Salvador et Guatemala). Loin d’avoir disparu, ce programme est encore utilisé dans des scénarios de guerre contemporains, comme dans la «guerre contre le terrorisme» au Moyen-Orient. Cependant, malgré l’utilisation récurrente de cette stratégie militaire pendant sept décennies, jusqu’à présent peu d’analyses ont été effectuées pour savoir comment et pourquoi l’urbanisation forcée peut devenir un instrument de guerre.

Le but de cette journée d’étude est d’offrir un cadre pour une réflexion collective où convergent les approches théoriques et études empiriques de divers contextes. La proposition est de débattre autour des questions telles que : pourquoi le village a t-il été choisi comme un instrument de guerre? Y a-t-il une ville idéale qui sert de toile de fond pour créer et concevoir ces réinstallations forcées? Quelles sont les caractéristiques particulières de ces « villes modèles » ? Pourquoi l’accès à la vie urbaine a t-elle, dans le discours militaire, le pouvoir de  transformer la population ? Quels sont les effets à long terme du programme de villages stratégiques ?

Cette journée d’étude vise notamment à : (1) explorer à la fois les discours de l’armée et de la population qui a été plus directement affectée par ces politiques; (2) discuter, dans une perspective interdisciplinaire (science politique, histoire, géographie, sociologie, anthropologie, architecture) les objectifs et les différents types d’applications de cette stratégie de contre-insurrection; et (3) ouvrir un espace pour discuter et comparer les différentes mises en place du programme de villages stratégiques, en analysant en particulier les cas du Vietnam, de l’Algérie, de l’Argentine, du Guatemala et de l’Afghanistan.

Strategic Villages

 

logo-marie-curie

logo_iris_hal_transp_1ehess_logo-svg

 

 

 

 

Since early Cold War years, the counterinsurgency policies have had as a target not only to destroy the guerrillas movements but also to “win hearts and minds” of the population. The Strategic Village program was conceived by the military to force displaced rural population into new villages, intending to cut off the link between population and the guerrillas. In counterinsurgency warfare the power to « kill cities » exists alongside with the power to built urban places ex nihilo. Why the village was chosen as an instrument of war? Is there an imaginary and ideal city serving as background to create and design the forced resettlements? Which are the special features for those model cities? Why does the access to urban life have in military discourse the power to transform people? Which are the long lasting effects of the strategic village program? Framed within social anthropology, sociology, political science and critical geography, this research will produce a seminal in-depth study of the daily life among the strategic villages in Latin America.